Appel aux autistes

Force est de constater que la situation de l’autisme et des autistes en France n’est pas brillante.

Le plan autisme 4 est enfin sorti, youpi. Des jolies phrases, des belles promesses, pour des moyens d’action mal définis et des budgets insuffisants. Nous avons la réputation d’être naïfs, mais qui peut encore y croire ? Qui peut encore croire que la France, déjà condamnée à plusieurs reprises par le conseil de l’Europe et par l’ONU, en a vraiment quelque chose à faire du sort des autistes ?

Les intentions ne sont que des intentions, les promesses ne sont que des promesses, les faits, eux, parlent d’eux-mêmes :

– Aucune aide concrète, et suffisante, n’est apportée aux parents.
– Des milliers d’enfants sont toujours condamnés à l’exil en Belgique.
– D’autres enfants, ici en France, se font chasser de l’école sans réelle solution proposée, voire n’y sont pas admis du tout.
– Utilisant le mot «autiste» d’une manière péjorative et dégradante, les insultes fusent toujours dans les médias.
– La promesse d’augmentation de l’AAH est financée sur le dos d’autres catégories d’handicapés (personnes en couple, fusion à la baisse des deux compléments de ressources).
– Les MDPH, dont les budgets n’ont pas été augmentés, croulent sous les dossiers, accumulant les retards et diminuant les heures d’aide humaine pourtant indispensables.
– Certains propagent toujours la fausse idée que l’autisme est une maladie dont on pourrait nous guérir.
– D’autres font de l’argent en «découvrant» des théories bidons comme celle des écrans, ou encore en nous proposant toutes sortes de cures inutiles et coûteuses.
– …

De nombreuses associations existent mais se concentrent surtout sur les enfants, ne s’occupant pas des autistes adultes qui, pour beaucoup, sont oubliés dans des hôpitaux psychiatriques sans perspective de sortie, se retrouvent à la rue privés de tout, ou encore se débattent dans les pires difficultés, sans aide, sans soutien.

Tout ça a assez duré ! Nous avons le droit, comme tout un chacun, d’avoir une vie digne dans des conditions décentes !

Nous n’obtiendrons rien sans nous battre, ni sans nous organiser. Et nous en sommes capables ! Sans nous opposer aux associations existantes mais en nous battant à leurs côtés; en ne participant pas aux querelles stériles qui agitent l’actuel microcosme; en refusant les clivages inexistants entre les différentes formes d’autisme qu’on cherche à nous imposer; en nous unissant tout simplement.

Nous sommes nombreux, nous sommes une force ! Pour que la situation change vraiment : unissons-nous ! Créons des associations, des collectifs, partout, qui mettront notre parole au centre et permettront de travailler ensemble !

Partagez!
octobre 18, 2018