Michel Onfray et les autistes : un florilège réactionnaire contre Greta Thunberg

Photo de Michel Onfray CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Si nous devions résumer le texte polémique de Michel Onfray, philosophe à ses heures perdues mais qui a davantage perdu ses idées, nous pourrions le réduire à ces trois « arguments » :

– Greta Thunberg est un cyborg piloté ou Alice au pays des Merveilles

– Greta Thunberg ne va pas à l’école

– Greta Thunberg est jeune

Ce sont là les propos classiques des diverses personnalités réactionnaires qui depuis quelques mois font florès sur les réseaux sociaux et dans les médias. Greta Thunberg est un cyborg Cette assertion mérite qu’on s’asseye un instant, qu’on se retienne de rire cinq secondes, que nous évitions de regarder l’auteur de tant de livres avec pitié.

Cette jeune personne, qui doit donc à chaque fois s’exprimer devant des centaines de personnes, chose peu commune pour la plupart des gens quelles que soient leurs conditions, ne sourit pas assez, ne montre pas d’émotions, paraît glaciale, neutre, asexuée, et donc laisse transparaître une allure robotique. Michel Onfray complète en faisant allusion à son autisme en l’écartant ostensiblement car le pauvre homme n’y connaît assurément pas grand-chose et ne souhaite pas que cet argument serve d’alibi. Quand un philosophe est victime du biais de jugement de l’effet d’ambiguïté (laisser de côté les informations que l’on ne maîtrise pas) mais également du biais de confirmation d’hypothèse, cela donne une pensée partiale, partielle, et fausse.

Il est intéressant de constater que la première chose critiquée par un philosophe médiatique comme Michel Onfray est l’apparence physique, cela démontre le niveau intellectuel de la réflexion. Greta Thunberg est autiste, que cela plaise ou non c’est ainsi, cela ne doit pas alimenter une défense ou une critique de son discours mais en tous les cas cela explique de façon totalement cohérente une réserve évidente de démonstration de ses émotions ainsi que la tonalité de sa voix.

Notons que pour Michel Onfray, peu importe votre discours, vous avez intérêt à sourire et à correspondre aux canons de beauté affirmés de votre sexe ou de votre genre. Michel Onfray possède-t-il le même jugement quant aux professeurs de philosophie illustres qui ont son admiration ? Faut-il avoir le sourire de Brad Pitt pour tenir un discours philosophique ? Faut-il être constamment théâtral pour être écouté ? Et si on inversait les rôles ? Et si l’on utilisait le même procédé que Michel Onfray à son encontre ?

Michel Onfray considère qu’il voit la réalité avec davantage d’acuité que beaucoup de monde car il est philosophe et lit énormément, travaille beaucoup. Mais si l’autisme de Greta Thumberg la délégitime que penser d’un philosophe visionnaire possédant des lunettes ? Etre myope, ou astigmate, ou hypermétrope empêche-t-il de voir avec une certaine acuité la réalité, de l’observer ? Vous trouvez cela absurde ? Nous aussi. Pourtant c’est exactement le même argument que Michel Onfray. Nous aurions pu nous attarder sur le malheureux AVC qu’a connu Michel Onfray et nous pourrions également considérer qu’il n’est potentiellement plus lucide depuis. Nous ne le ferons pas. Ce serait facile, inutile et aussi inepte que le propos du philosophe normand. La pertinence d’un discours dépend de ce qui le constitue non du sourire de celle ou celui qui le porte.

Et celui de Michel Onfray est bien vide, quel que soit son sourire. Greta Thunberg est ensuite comparée à Alice, c’est un beau compliment et une contradiction avec l’argument précédent. Un compliment car Alice est l’héroïne d’un livre de Lewis Caroll qui est un livre d’initiation à la logique, et cette héroïne n’aura de cesse de tenter de comprendre l’absurdité du monde qu’elle explore.

De la même façon que Greta Thunberg pointe l’absurdité de notre monde. C’est une contradiction car le personnage d’Alice est plein d’emphase et de démonstration d’émotions. Greta Thunberg est pilotée. C’est même un produit de communication. Alors nous ne savons pas pour vous mais nous remarquons une légère contradiction. Peut-on dire d’une personne qu’elle ne sourit jamais, qu’elle ne montre rien, qu’elle est neutre, voire robotique et qu’elle est un produit de communication ? Au vu de ce descriptif si élogieux il nous est d’avis qu’elle se révèle être le contraire des stéréotypes d’égéries et de figures de communications que nous connaissons. Avis donc aux publicitaires et autres Chargés de communication et de marketing, vous vous êtes trompés ces cinquante dernières années. Pilotée car elle utiliserait un langage et des connaissances qui ne viendraient pas d’elle et seraient récitées. Alors nous sommes désolés de devoir le préciser encore, mais parmi les spécificités de l’autisme, résident un savoir encyclopédique souvent récité de manière à ce qu’aucune information ne soit priorisée par rapport à une autre et ce avec un langage spécifique et souvent en adéquation avec le domaine étudié.

De fait Greta Thunberg s’intéressant au climat elle aura tendance à donner toutes les informations qu’elle possède sur le sujet. D’un point de vue philosophique il est dramatique de considérer que les connaissances que nous devons utiliser doivent venir de nous. C’est une vision pauvre de la pensée de considérer une connaissance comme étant une propriété et de conclure sur le fait de ne pas s’inspirer de la pensée d’autrui. C’est la négation de la philosophie. Nous remarquerons que ce n’est toujours pas le contenu du propos qui est pointé par Michel Onfray. Quant au fait qu’elle ne soit pas seule c’est heureux. Nous préférons ne pas imaginer qu’une adolescente parcourt le monde toute seule. C’est une critique récurrente mais à un moment il faudra choisir, soit elle est trop seule et isolée, soit elle ne l’est pas. Mais on ne peut faire grief d’une chose et de son contraire en un même moment envers une même personne. Sinon c’est une volonté de normativisme abject, vouloir qu’elle soit tout et son contraire, une norme universelle convenant à tous. N’est-ce pas justement là ce qu’on appelle un produit de communication, quelqu’un qui convienne à tous ?

Si Greta Thunberg ne convient pas à tous alors elle n’est pas un produit de communication. Greta Thunberg ne va pas à l’école et va même prendre une année sabbatique. Michel Onfray considère à juste titre que l’école est le lieu de la connaissance et qu’il est donc ridicule de la mettre de côté de cette façon a prétexte d’une lutte. Précisons que Greta Thunberg continue d’avoir un enseignement adapté.

Précisons aussi que Michel Onfray en défenseur soudain du système scolaire n’a pas tari ses critiques contre le système français allant jusqu’à démissionner. Précisons aussi que dès l’âge de seize ans en France il est possible de ne plus aller à l’école pour travailler. Toutes les personnes qui pour des raisons nécessaires ont dû quitter l’école apprécieront ce mépris. Du reste c’est une vision passéiste de l’école. Une vision de l’école où la connaissance est acquise en vue de quelque chose. Et donc en vue d’une utilisation dans l’avenir. Or le principe même de cette grève pour la militante suédoise est de considérer que l’école si elle est ainsi ne sert à rien car d’avenir, nous n’avons plus. La seule connaissance qui vaille est celle qui en soi possède une valeur et qui doit donc être partagée comme telle. Le philosophe de là contre histoire devient un philosophe défenseur d’un système qui, il est vrai le sert bien.

Onfray dénonce le vocabulaire de l’urgence de la catastrophe reprenant ainsi Jonas qui déclarait que ce type de discours scellerait le sort de la pensée des Lumières. Attention, profitez c’est la première et avant dernière allusion du philosophe au contenu du discours de la militante. Premièrement c’est nier le caractère réellement urgent de la situation écologique du monde. Ce n’est pas le discours qui est constitué d’urgence mais la situation qui est urgente et si l’on décrit une situation d’urgence il sera difficile de ne pas utiliser le vocabulaire idoine. C’est donc un argument climato-sceptique.

Ensuite c’est un discours fidèle à celui des Lumières. Puisque c’est un discours kantien. En effet Kant est un penseur dit des Lumières allemandes. Or que fait Greta Thumberg sinon énoncer un impératif catégorique ? Enoncer une devise universelle, une évidence morale sur des comportements vertueux à adopter ? Or ce sont ces impératifs catégoriques qui sont constitutifs du droit, de la loi et par conséquent des normes et des mœurs à venir. De fait il est compréhensible que Michel Onfray n’attaque pas le contenu du discours puisque ce discours ne peut être critiqué. Il n’est pas parfait, il n’est pas complet, mais il est évident. Alors comme il est impossible de démolir un discours on va démolir la personne. Greta Thunberg est jeune c’est donc une enfant, une enfant reine qui impose sa volonté aux adultes. Et attention tenez-vous bien ! Ceci est possible à cause de la société régie par les enfants roi. Nous passerons outre le caractère discriminant de ce propos.

Du reste Onfray possède une vision tout à fait platonicienne de la légitimité à discourir, où la sagesse viendrait avec l’âge. Sur le terrain de la légitimité à s’exprimer nous pouvons donc noter que Michel Onfray en accorde davantage à Jean Marie Le Pen par exemple qu’à Greta Thunberg. C’est tout le problème quand on ne s’arrête qu’à la légitimité du messager et non à la pertinence du message. Notons que s’il y a une limite d’âge minimale fictive pour Michel Onfray il n’y en a pas de maximale. Quant à l’idée de l’enfance décrite par Greta Thunberg ce n’est pas une question d’âge mais l’idée selon laquelle les jeunes sont les héritiers d’une société qui se meurt et c’est à cette jeunesse de la sauver, c’est donc un impératif de responsabilisation. Nous ne nous attarderons pas sur le nostalgisme de Michel Onfray qui préfère que l’on cite Rimbaud à dix-sept ans que les chiffres du Giec. Il est certain que Rimbaud pour disserter sur le réchauffement climatique sera très utile. On aimerait bien a contrario que Michel Onfray fasse de temps en temps un peu de philosophie plutôt que de la pensée discount mais il est le philosophe médiatique, aussi éphémère qu’une information de BFM TV, avec un argumentaire évanescent tenant davantage du sophisme que de la philosophie.

Si pour Protagoras l’homme est mesure de toute chose, pour Michel Onfray, c’est Michel Onfray lui-même qui est mesure de tout le monde. Pour conclure, Michel Onfray se livre à un procès. Avec des arguments validistes il interdit le principe même de neurodiversité et interdit de fait à des personnes à la psychologie différente de s’exprimer. Que ne dirait il pas si la discrimination opérée était sociale !

Avec des arguments âgistes il dénie le droit à toute personne d’un âge plus jeune que le sien de s’exprimer usant de ce fait de discrimination. Soit les jeunes sont des moutons bêlant soit il est regrettable de citer le Giec. On retrouve ce normativisme usant d’impératifs contradictoires.

Avec des arguments psychophobes il interdit de fait d’avoir une réflexion différente sur le monde et de se comporter différemment de ses attentes. En dénonçant en même temps (il se macronise) Greta Thunberg comme produit de pure communication.

A user de tels paradoxe nous lui conseillons de lire Kierkegaard et d’user de l’expression « Ou bien… Ou bien… » cela sied mieux à des argumentations paradoxales. Michel Onfray en pointant le caractère androgyne de Greta Thunberg fait également preuve de sexisme, de discrimination de genre et associe une nécessité d’apparence physique à la validité d’une pensée.

Nous ne nous rabaisserons pas en qualifiant le physique de Michel Onfray et donc la validité de sa pensée.

Nous laissons le mot de la fin à Musset : « les habitudes de la vieillesse ne sont pas de moindres obstacles aux passions de la jeunesse. »

Ainsi qu’à Michel Serres : « Quand on a fait la Révolution de 89, on avait Rousseau derrière. Aujourd’hui, on n’a personne, et c’est la faute à qui ? Aux philosophes. C’est leur rôle de prévoir ou d’inventer une nouvelle forme de gouvernement ou d’institutions et ils ne l’ont pas fait. »

Les cyborgs.

Une excellente réponse de Greta : https://www.wedemain.fr/Greta-Thunberg-Nous-jouons-le-role-du-mechant-car-personne-d-autre-n-en-a-le-courage_a4207.html?fbclid=IwAR244cLMJxakdTRsoiCFhXlRuew-G8BND7D-2_ifmaxLtYJZPuj_FujHBxU

Partagez!
juillet 25, 2019

Étiquettes : , ,