CMPP et ARS Nouvelle-Aquitaine : oui aux services publics, non aux intérêts du médico-psychologique

L’affiche inacceptable d’appel à la manifestation pour les CMPP. Revendications en lien. Non les enfants TND ne sont pas minoritaires dans les CMPP, ce sont les professionnels qui ont une vision trop étroite de ce qu’est l’autisme et ne reconnaissent pas le TDAH. Non les TND n’ont pas besoin de traitement par les neurosciences ou par la psychanalyse, mais d’éducation et de respect de leurs droits. Non le soin ne s’oppose pas au respect des droits fondamentaux et ne réduit pas les personnes à en être des objets ou à monopoliser leur esprit.

La FDCMPP ( Fédération Des Centres Médico-Psycho-Pédagogiques), bastamag et des syndicats (CGT, FO, Collectif interprofessionnel du 47 ) de professionnels de santé, annoncent que l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Nouvelle Aquitaine a pour projet que les CMPP de son territoire soient transformés prochainement en plateforme de « ressources », où l’on trouverait du personnel formé à effectuer des diagnostics et des orientations concernant les personnes avec Troubles Neuro-Développementaux (TND), dont les troubles du spectre autistique (TSA). Les personnes ayant des troubles psychiques seraient orientés dans d’autres structures, surchargées ou démantelées ce qui constitue une mesure psychophobe inacceptable.

CLE Autistes rejoint la mobilisation du 13 MARS  pour manifester sa crainte de voir disparaître un lieu de santé de proximité, qui accueille les publics les plus vulnérables et les moins fortunés. Le CMPP est actuellement une étape incontournable dans le parcours d’une personne neuroatypique. Mais CLE Autistes se désolidarise du mot d’ordre de la manifestation du 13 MARS, car il craint aussi qu’elle ne serve essentiellement les intérêts du secteur psychiatrique majoritairement d’orientation psychanalytique, et de l’industrie pharmaceutique.

En effet, pour les membres de CLE Autistes et de leurs familles, l’expérience en CMPP a rarement été à la hauteur des recommandations de la Haute Autorité de Santé en matière de santé mentale…En plus d’être psychophobes, ces centres peuvent produire une psychiatrisation accrue des personnes neurodivergentes. 

Jusqu’à présent, les personnels exerçant en CMPP nient majoritairement l’existence des TDAH et orientent rarement en bilan de diagnostic TSA, puisqu’ils ne sont pas formés à les repérer. Généralement ils prétendent que les TND sont une population minoritaire dans leur structure, préférant y reconnaître un public ayant des psychoses. Dans l’optique d’une désinstitutionnalisation de la psychiatrie, le modèle des “plateformes” mutualisant les ressources MISES A JOUR de toutes les structures médico-sociales existantes sur le territoire, pour proposer une gamme de services de proximité adaptés aux besoins des personnes, constitue une évolution nécessaire.

Le temps de l’école ne doit pas non plus devenir le temps du « soin » et de contrôle, mais en CMPP non plus. Les troubles psychologiques constituent aussi une situation de handicap, le soin ne s’oppose pas à vivre dans la société. Les enfants handicapés  ne sont pas des objets de soins, ce sont des sujets de droit. Pour qu’ils ne soient pas stigmatisés, voire empêchés de suivre une scolarité adaptée à leurs spécificités en milieu « ordinaire », il faut commencer par travailler avec les parents, les personnels et les publics neurotypiques sur leur rapport à la norme, à la normalité. Un programme du ressort de l’éducation, de l’animation, au moins de toute structure accueillant un public mineur.  

En attendant une prise de conscience et des actions de la part des CMPP et des acteurs de l’Éducation Nationale : 

-Quel est le budget de fonctionnement alloué pour le fonctionnement des CMPP ?

-Quel sera le budget alloué à cette refonte des CMPP en « plateforme » ?

-Est-ce que toute personne de 0 à 20 ans (accompagnée par aidant.e/famille/ami.e le cas échéant), pourra directement s’adresser à cette plateforme, et demander à y effectuer un bilan TND ?

-Lui faudrait-il d’abord passer par un médecin prescripteur ?

-Si oui, ce médecin prescripteur sera-t-il formé pour établir un pré-diagnostic ?

-Ce médecin prescripteur sera-t-il le médecin traitant ? Un autre médecin au choix ? Un médecin spécialiste ? Quel médecin spécialiste sera habilité à prescrire un bilan sur la plateforme ?

-Quelles types d’orientations prévoit ce projet pour les personnes diagnostiquées TSA ? 

-Quel exemple d’accompagnement serait mis en place, proche du lieu de vie d’une personne diagnostiquée TSA ou non ?


Nous refusons toute usine à diagnostiquer ce qu’on appelle “troubles” pour ensuite proposer des interventions normalisantes et validistes. Nous souhaitons avant tout des services de santé mentale de proximité, avec des connaissances adaptées aux TND. Ces services plus communautaires et co-construits par les personnes neuroatypiques, seraient au service des personnes concernées et de leurs familles, non pour les intérêts des professionnels de santé. Nous demandons aux organisations mobilisées pour (ou contre) ce projet de plateforme, de répondre aux questions du collectif CLE-AUTISTES, afin de rassurer ses membres sur leur niveau d’inclusion dans la société.

La manifestation aura lieu le 13 mars à 12h30 devant l’ARS de Bordeaux, au 103 bis, rue Belleville, suivie d’une assemblée générale, à la Bourse du travail 44 cours Aristide Briand Bordeaux

*Les CMPP sont des structures primordiales s’agissant de divers troubles psychologiques. Ce sont des lieux de soins ambulatoire relevant du service public pour les enfants et adolescents de 0 à 20 ans. L’avance des frais n’est pas nécessaire et on y trouve assistantes sociales, médecins, psychologues, orthophonistes, psychomotriciens.

Partagez!
mars 12, 2020