Action à Antibes contre les régimes alimentaires et Son-Rise

Panneaux militants décrivant des slogans tels que "Autistes et fiers d'être, guérir on est pas malade!" "Ne rien dire c'est laisser faire", "Neurodiversité= acceptation de cerveaux différents, de la diversité humaine".

CLE Autistes comme annoncé a fait une action militante à Antibes contre la conférence de Nathalie Champoux. Cette conférence était organisée par l’association Locale Léo dans sa bulle et portait sur les régimes alimentaires.

Environ 70 personnes étaient présentes, majoritairement des femmes , le public était entièrement blanc et riche.
Champoux a repris son histoire et elle a bien précisé que ses enfants avaient moins d’un an au moment où elle a mis en place ces méthodes. Les retards qu’elle a observé se sont donc situés en dehors des repérages diagnostics (18 mois et 3 ans pour un diagnostic stable). Sans confirmation de professionnel compétent et de diagnostic médical on peut deviner que de nombreuses interprétations sont possibles. Le fait que son enfant ait développé le langage en une semaine avec psychomotricité rend difficilement crédible cette inversion de l’autisme.

Les propos de Champoux furent aussi violents, validistes et psychophobes. Elle a coché toutes les cases du validisme en présentant ses méthodes comme un acte d’amour et de bienveillance (ça ne vous rappelle rien?) : son enfant était mort, elle n’a jamais pu faire son deuil. Mais finalement il a eu une renaissance.
Mais la conférence dérive vite sur des sujets annexes. Elle parle essentiellement de solutions pour des intolérances alimentaires et d’équilibre du microbiote. Il faut se passer quasiment de tout : du gluten, du sucre, des additifs, des féculents et même du riz sauvage. Elle affirme que les autistes mangent du pain et des pâtes, et que donc il faut leur retirer pour manger des brocolis (!). Tout peut être guéri en moins de 3 semaines y compris des conditions neurologiques complexes.

Les métaux lourds sont aussi en cause, un homme boit de l’eau en bouteille plastique, elle l’interpelle en lui disant que c’est dangereux.

Les produits ménagers et le wifi doivent être aussi retirés. On ne comprend plus vraiment ce que doit manger et faire l’enfant dans ces conditions. Elle propose des régimes à partir de graisse et d’acide gras, et des vitamines sensés combler des carences qui causeraient l’autisme ou des intolérances. Quel danger pour des enfants en bas-âge?

On perd de vue l’autisme, tout est dans le rejet de l’expertise médicale et il n’y a rien de bien cohérent. Pourtant Nathalie Champoux n’est pas antipathique et est plutôt sympathique. Il ne s’agit que de business.

Mais le pire n’était pas elle, la salle peut poser des questions et on se rend compte que l’association locale est la pire. D’emblée, l’association fait la promotion des programmes Son-Rise et 3I (son dérivé), De nombreuses mères dans la salle disent que leur enfant n’est plus autiste grâce à Son-Rise. Un intervenant autiste bénévole pour 3I dit qu’il teste les régimes mais que ça ne fonctionne pas. La présidente de l’association l’humilie en public disant qu’il ne doit pas bien respecter le régime car il mange mal (elle l’a vu au supermarché prendre un pain au chocolat).

Ce lien entre régimes alimentaires et Son-Rise avait été souligné dans notre dossier alors même que des trolls nous ont dit que non. Cette association locale en est une fervente adepte.

Une personne dit qu’elle aime son enfant et ne veut pas le guérir, nous applaudissons, la présidente de l’association nous fusille du regard.

On tente d’intervenir, elle voit qu’on est pas de son bord et tente de ne pas nous donner le micro. Un homme nous le passe quand même.

Dans cette intervention, nous rappelons que nous ne voulons pas guérir qu’on peut être heureux même autiste. Et que nous le resterons jusqu’à la fin. Que ces discours sont stigmatisants et font mal.
Champoux nous assure alors qu’elle ne veut pas guérir l’autisme et parle seulement d’ajustements. (Elle a prononcé ce mot 15 fois dans la conférence mais bien sûr). Elle le dit tout de même et certaines personnes applaudissent.

La salle devient agressive et plusieurs personnes reprennent le micro. Un homme père dit qu’il souffre que sa fille soit autiste et exprime sa colère. Nous lui répondons que ce n’est pas son avis qui compte et que le problème c’est lui. Un autre fait une remarque désabusée. L’intervenant autiste de 3I reprend le micro en exprimant sa souffrance. Nous lui lançons qu’il devrait s’interroger sur l’origine de sa souffrance : lui-même ou la société?

La majorité de la salle est anti-autiste et veut le supprimer, le stimming fait parti des comportements à éliminer. Le flapping est vraiment une horreur pour eux. Dans notre intervention nous rappelons que c’est essentiel et que cela permet notre bien être. Une personne dit que malgré les morts, elle va se résoudre à essayer la chélation.

Au vu de ces propos, le pire est sans doute l »association locale Léo dans sa Bulle. La présidente contrôle tout l’assemblée, coupe la parole des parents, reprend leur propos et parlant à leur place. Comme le montre Son-rise et 3I, il semble que cette association soit proche d’une dérive sectaire. On sent une emprise tout au long des interventions avec une ambiance totalement sous influence et manipulée.

Nous souhaitons signaler cette association à la Milivudes pour dérive sectaire. Mais surtout quand les CRA, la HAS et l’académie de médecine vont condamner publiquement ces méthodes non-reconnues et dangereuses pour les autistes?

Le journal local Nice matin a été cité à plusieurs reprises comme promoteur bienveillant de leurs méthodes, la responsabilité des médias est immense et nous demandons un droit de réponse. Ces méthodes n’ont rien à faire dans le paysage de l’autisme!

Les pancartes furent laissées dehors pendant l’apéro et nous sommes ensuite partis.

Partagez!
mai 5, 2019

Étiquettes : , , ,