You are currently viewing Affaire Chronimed : non aux traitements forcés peu importe leur nature

Affaire Chronimed : non aux traitements forcés peu importe leur nature

  • Reading time:10 mins read

Chronimed :  présomption d’incompétence et l’illégalité, alibis du PROGRÈS…

Autisme, la piste infectieuse, 10 ans de recul - Prévention Santé
Le docteur Raymond en interview lors du Congrès Sortir de l’Autisme en 2016.

L’affaire Chronimed montre qu’un groupe d’une dizaine de médecins a prescrit en toute illégalité des antibiotiques sur des milliers d’enfants autistes.

L’ANSM a lancé des poursuites contre ces médecins après l’alerte de SOS Autisme France. Le Docteur Raymond a été radié dans l’Ain, un autre médecin a été signalé dans le Rhône. 

L’affaire Chronimed a été révélée par la lanceuse d’alerte Suzanne Ruhlmann. Olivia Cattan, présidente de SOS Autisme France a rapporté cette affaire dans son livre “Le livre noir de l’Autisme” en 2020.

L’eugénisme et les expérimentations médicales : un lourd passif

Ce nouveau scandale s’inscrit dans le lourd passif historique des études médicales effectuées sans le consentement des personnes dites vulnérables ou incapables de donner leur consentement. 

L’eugénisme et l’imposition de la seule solution médicale au handicap (ou à la maladie) n’a pas pris une ride, malgré tout ce passif. Il est le paradigme actuel des recherches en biologie et médicales.

Ces expériences reposent donc sur l’absence de consentement, qui n’a aucune base juridico-légale. La présomption d’incompétence et de capacité mentale permet de justifier tout type d’expérimentations et d’études pour le bien des personnes autistes, et plus largement tous les handicaps,  au nom du fameux PROGRÈS…

On peut citer par exemple l’affaire WillowBrook aux Etats-Unis qui visait à comprendre les mécanismes d’infection à l’hépatite sur des enfants handicapés mentaux en institution spécialisée. 

En France, l’Abilify a été aussi testé sur des personnes autistes, et prescrit par des psychiatres, alors que de nombreux effets secondaires sont connus. Des adolescents autistes sont devenus dépressifs et se sont suicidés sans qu’une responsabilité médicale soit engagée. 

L’affaire Chronimed, dont le contexte a été détaillé dans un article précédent, s’inscrit dans une narration vantant des recherches innovantes et à la pointe de la science. Des responsables d’associations et des médecins français vantaient cette approche innovante à la création de Chronimed.

Conférence sur l'autisme, ce 30 mars, à 20h30, au Touquet, le 29 mars 2012.
Ce 2 avril sera la journée mondiale de sensibilisation sur l'autisme.
A cet effet nous acceuillerons à l'hotel de ville du Touquet, le 30 mars, à 20h30, des professionnels qui se consacrent à cette pathologie déclarée grande Cause nationale 2012 par le premier Ministre, pour une conférence intitulée "les solutions face à l'autisme et aux troubles envahissants du développement.
Cette conférence sera animée par 
-Le Docteur Nadia Cabane Pédopsychiatre spécialiste de l'autisme, praticien à l'hopital Robert Debré à Paris, l'un des experts français les plus reconnus en matière d'autisme.
-Mme Liora Crespin mère d'enfant autiste, responsable d'association et dirigeante d'établissement expérimental pour enfants autistes. L'expertise de Mme Crespin couvre des domaines très variés allant des prises en charge innovantes à la gestion des projets associatifs, en passant par des connaissances à la pointe de la recherche scientifique. 
-Le Docteur Louis Teulières diplômé en immuno-pathologie, immuno-hématologie, épidémiologie, infectiologie, et bactériologie. Ancien directeur des essais cliniqus de Pasteur, le Docteur Teulières a une expérience considérable du monde de la recherche. Sa patientèle actuelle comprend des enfants autistes ou souffrant de troubles autistiques. 
-Un psychologue spécialisé dans les prises en charge pluridisciplinaire fondés sur l'ABA ou Analyse appliquée du comportement.
-Bertrand Jacques : Administrateur de la Fondation Autisme.
L'entrée est libre.
Venez Nombreux.
Daniel Fasquelle.
Conférence donnée pour la journée mondiale de l’autisme le 2 avril 2012 : on y retrouve le directeur médical et l’administrateur de la Fondation autisme qui finance des recherches sur les causes infectieuses et qui affichait le réseau Chronimed sur sa page, le Chronimed Doctor le Docteur Raymond radié a revendiqué aussi son soutien. Cette conférence était soutenue par le Député Daniel Fasquelle, anti-psychanalyse avec une médecin de Robert Debré, centre d’excellence aujourd’hui et une responsable associative. On troque une pseudoscience par une autre! Il y a également un représentant de l’ABA ce qui montre que ces deux domaines marchent main dans la main.

Marion Leboyer, psychiatre médiatique de la Fondation Fondamental vantait elle même cette voie au Sénat et cherchait des financements pour avoir une étude protocolisée et officielle sur les antibiothérapies. La piste immunitaire (“reset immunitaire”) est aussi privilégiée  et elle est déjà étudiée dans des études controversées où on souhaite injecter des cellules souches à des personnes handicapées mentales et non oralisantes, sans consentement, malgré des effets secondaires graves ou pouvant conduire à la mort.

Les antibiothérapies, une voie de recherche marginale et alternative

Au niveau étranger, cette thèse n’a jamais été étudiée sérieusement. Quand on parcourt les études sur le sujet :  seuls 3 auteurs mentionnent l’utilisation d’antibiothérapies contre l’autisme. 

La dernière  étude date de 2012 (étude de cas 5 enfants, pas de groupe contrôle, ni d’analyse statistique). Sans nouvelles depuis, on peut penser que Chronimed s’est appuyé sur ces études non-renouvelées.

De plus, la plupart de ces études sont publiées dans la revue « Medical Hypotheses » qui semble être une revue complotiste (donc peu scrupuleuse) : elle est connue pour nier la réalité du VIH (ou pour chercher des corrélations entre ongles carnés et schizophrénie).

 Cette revue n’est pourtant pas une parodie à la Gorafi, mais on peut se demander si nos grands scientifiques français à la pointe de la science l’ont parfois prise au sérieux. Faut-il rappeler d’ailleurs que Montagnier n’a plus de positions sérieuses depuis longtemps et qu’il n’est pas approuvé par la communauté scientifique? Le syndrome du Prix Nobel ne suffit pas à attester d’une véracité scientifique.

Un engagement de l’Etat pour une recherche protocolisée, et peu éthique?

Ainsi, la polémique Chronimed a donné lieu à des explications demandées à la Ministre Sophie Cluzel devant la représentation nationale. Celle-ci, accompagnée de Claire Compagnon, a réitéré une approche basée sur la science, pilier de la Stratégie Autisme du gouvernement Macron, et sur les recommandations de la Haute Autorité de Santé. 

Problème : la Haute Autorité de Santé n’est pas une instance scientifique, c’est une instance règlementaire recommandant les bonnes pratiques. Elle a été plusieurs fois épinglée pour des recommandations non basées sur des sources primaires (littérature scientifique en revue par les pairs) et sur des consensus scientifiques à propos de nombreux sujets : les ALD, la maladie de Lyme, les maladies chroniques, la Prep, les tests antigéniques du Covid, le syndrome post-covid… 

Concernant l’autisme, si ses recommandations reposent en partie sur une conception plus proche de la réalité vécue par les personnes concernées, elles restent contestables sur le choix des méthodes comportementales qui ont un faible niveau de preuves et dont la qualité des études reste contestable.

Les propos de Sophie Cluzel reprennent également le discours des interventions précoces, qui veulent fléchir la trajectoire développementale en modifiant le cerveau des personnes avant tout diagnostic… Notre développement serait donc un problème, pas la société validiste.

Or ces interventions relèvent plutôt du neuromythe  elles ne reposent pas sur une base scientifique valide . Le gouvernement, en prônant la science, l’utilise pour renforcer un discours validiste et un rapport médical au handicap et à l’autisme. 

Bienveillance des médecins proches de l’autisme. Tweet datant du 29 janvier 2015 par le compte de l’Hôpital Robert Debré à Paris (AP-HP). Il relaye sans aucun recul un article du blog de Chronimed (Supprimé depuis) en utilisant le # du groupe. Ce blog était d’ailleurs responsable du plagiat de nombreux articles de presse de sciences.

De plus, par le passé, le gouvernement a clairement écouté le groupe Chronimed car Olivier Véran avait défendu une étude protocolisée (essai clinique) auprès du Ministère de la santé. Ces propos eugénistes comme “prise en charge révolutionnaire contre l’autisme” montrent clairement une prise de position de l’Etat pour des approches peu éthiques. 

Dans un extrait d’enregistrement et sur le Ministère de la Santé, 548 000 euros de subvention publique pour cette étude avaient été évoqués par des responsables d’associations auprès de médecins, confirmant le regard bienveillant de l’Etat et des autorités médicales à l’époque pour Chronimed. Il aurait été inscrit en 2019 sans autorisation d’un comité éthique pour le moment. Finalement, selon la déléguée interministérielle Claire Compagnon, ce projet visant à tester un traitement par un antibiotique n’a pas été finalement autorisé, mais elle a bien pris soin de préciser que ce n’était pas du Chronimed.

Pourtant le projet initial d’essai en double aveugle sur un autre antibiotique comptait bien des conseillers de Chronimed à plus de 50% dont le professeur Montagnier et Christian Perronne. On peut douter du hasard de réapparition de ce nouveau projet après le passage de Leboyer au sénat. C’est un demi-mensonge.

Projet d’étude à partir du protocole d’essais sauvages sur enfants autistes, de Pr Nicholas Moor, conseillée par Leboyer nommée « AUTIBIOTIQUES ». Un autre projet renommé ANTIBIOTISM de Leboyer a été accepté par la suite (PHRC) impliquant le traitement par un autre antibiotique d’enfants autistes. Le plan de rencontre des politiques et de communication était établie jusqu’en 2014, dates de passage sur TF1 et France 3. Chronimed avec Christian Perronne et Philippe Raymond faisait bien partie du projet, il y avait également Vinca Rivière du centre ABA de Lille épinglée pour maltraitances et pour avoir défendu les électrochocs. Les centres de recherche d’excellence avec les médecins connus et médiatiques comme Delorme (Robert Debré), Barthélémy (présidente du GIS Autisme) ou Bonnet-Brilhaut (Tours) devaient être impliqués comme référents des centres de recherche.

Cette bienveillance se retrouve dans les propos de Sophie Cluzel qui insiste sur les recommandations de la HAS et d’une “approche validée scientifique de l’autisme”. La science devient là un argument pour valider des traitements forcés sur les personnes autistes. 

Tweet de Cécile Bossavie le 7 février 2014 « #Autisme et piste microbienne JT de TF1. La science avance, la France commence à comprendre! #JamaisTroptard #Chronimed, conseillère de Paris PS et déléguée au handicap et à la conception universelle de Paris 19 dans la nouvelle mandature. Sans savoir si l’essai était éthique ou non, le principe du soin forcé est accepté.

Pourtant, le seul argument qui vaille n’ est pas scientifique, mais éthique et juridique : l’article 15 de la CRDPH demandant l’interdiction des traitements forcés sur les personnes handicapées.

La France revendique clairement une dérogation à cet article, et se base sur le Protocole d’Oviédo qui autorise ces traitements forcés (encore une exception culturelle française ?)

Des causes liées aux violences de l’institution médicale

Il serait trop facile de condamner les familles de personnes autistes, celles qui courent après les traitements et la « guérison » de leurs proches. Celles qui encouragent donc les entreprises scientifiques décriées.

Il s’agit plutôt de l’éternel problème structurel qui prend sa source dans le validisme et l’eugénisme. Qui fait passer le handicap pour une anormalité et une aberration de l’être humain, qu’il faudrait éliminer et réduire au nom du Progrès. 

L’avocat de Chronimed, spécialisé dans la défense des professions de santé, avance que le choix des parents de se tourner vers ces solutions est dû à la violence de l’institution médicale, la majorité des médecins refusant d’examiner les enfants (petits et grands) autistes, ne comprenant pas leurs problèmes somatiques…

https://twitter.com/DIVIZIO1/status/1311768945934897152
Tweet de Fabrice Di Vizio (cliquer pour le lire).

Nous ne le contredisons pas, mais nous optons pour d’ autres pratiques . Légales et respectueuses, de préférence.

Partagez!