Municipales : autisme et handicap, réponses des candidats parisiens

Description de l’image : urne marron de vote avec un bulletin blanc.

Il y a quelques semaines, CLE Autistes avait interpellé les candidats et candidats à la Mairie de Paris et avait rédigé un guide de l’inclusion pour l’ensemble des communes.

Nous avions travaillé également avec la Mairie de Nice sur une affiche en langage FALC (Facile à lire et à comprendre) qui sera diffusée dans tous les bureaux de vote et nous saluons cette initiative de faire appel aux concernés.

En ce qui concerne la Mairie de Paris : seule Anne Hidalgo s’est expliquée sur son bilan et a rappelé son programme pour le handicap. Aucun des autres candidats sollicités n’a répondu spécifiquement à nos questions sur l’autisme. Pour des questions d’ordre générale, vous pouvez consulter la réponse de David Belliard à l’association Toupi , mais nous n’avons pas eu de réponses. Les programmes sur le handicap des candidats sont également disponibles ici

Réponse de Anne Hidalgo

Anne Hidalgo propose son programme en FALC, vous pouvez le retrouver et le diffuser à vos proches

Les bureaux de vote sont accessibles dans au moins 896 bureaux de vote , Anne hidalgo rappelle au passage que la Convention de l’ONU n’est pas retranscrite en droit interne…(mais c’est au dessus de toutes les lois).

Elle affirme que la conception universelle irriguera son programme pour Paris.

Elle répond positivement à la création d’un groupe de travail autisme dédié aux besoins des personnes autistes.

En terme d’inclusion scolaire, les CLAP (centres de loisirs à parité) continueront à être développés

Anne Hidalgo souhaite développer le logement accompagné en lieu et place des foyers.


Toutes les questions n’ont pas été abordées dans son programme, mais on constate une légère inflexion en terme de paradigme vers l’inclusion. Il faut noter que son programme veut assouplir les règlements dans les foyers, mais on voit mal comment cela peut se concrétiser tellement l’organisation des institutions ne le permet pas.

Pour les électeurs et électrices parisiennes, nous vous laissons le choix de juger ces réponses, nous espérons que la question des handicaps cognitifs et du validisme sera de plus en pris en compte dans les politiques publiques.

Partagez!
mars 13, 2020

Étiquettes : ,